Catégories
Atelier démontage D3E Evénement

Compte rendu de l’Atelier Démontage Inventaire du 13/06/2014 : Assistant électronique, appareil photo numérique et Disque dur !

Le vendredi 13 juin, comme chaque second vendredi du mois, c’était Atelier Démontage Inventaire à la Rockette Libre.

Comme toujours atelier très riche, en info, en découverte et en émotion.

Au programme, un assistant électronique (agenda électronique en version amélioré) le Jornada (qui signifie journée en espagnol) 568 -> http://www.netppc.com/p.php3?p=testhp568.html&c=hardware&T=HP%20Jornada%20568

Il faut savoir que cet équipement à une histoire, celle de la création d’Electrocycle, l’asso D3E : http://www.assod3e.org/aux-origines-du-projet-d3e/

Panne constaté : aucun logiciel ne se lance (pas de boot) et écran à moitié noir.
Après démontage, nous avons constaté la ressemblance frappante entre cet équipement et un PC, aussi nous avons joué au jeux du « quoi est où ? » Et nous avons retrouvé, la mémoire vive, le µP (microprocesseur) et la carte mère. Le disque dur étant matérialisé par une disquette de mémoire flash amovible.

Le Jornada une fois démonter.
Le Jornada une fois démonter.

Nous avons confondu haut-parleur et microphone, mais pas d’inquiétude étant donné qu’il s’agit de la même technologie, l’une utilisé dans un sens (signal électrique -> champ magnétique -> mouvement cinématique -> son) et l’autre dans l’autre (son -> mouvement cinématique (de la membrane) -> champ magnétique -> signal électrique). Nous n’avons d’ailleurs pas manqué de faire le parallèle avec le moteur à courant continue et la génératrice. ^^

Jornada démonté, partie plasturgie.
Jornada démonté, partie plasturgie.

Le diagnostique fut sans appel, pour un équipement de ce genre, miniaturisé au possible, une réparation (sauf par remplacement, vraisemblablement de la carte mère) n’est pas envisageable, la réutilisation (batterie, écran (commandable par arduino : http://fr.wikipedia.org/wiki/Arduino), micro, speaker) est, elle, possible.

Il est à noté que tout du long durant cet atelier, Olive, solitaire, performait dans son coin une réparation. Celle d’un appareil photo numérique, qui étant tombé avait son module optique (zoom) enrayé.

Au moment ou nous avions fini le démontage du Jornada, il arrivait, après une 30aine de micro-vis à extraire le module optique de l’appareil, pour enfin peut-être réparé l’équipement.

Le temps de remonter le Jornada, qu’Olive avait trouvé la panne, et l’avait réparé. Il s’agissait d’une pièce de plastique sortie de son emplacement. Il restait à remonté l’appareil qui était désormais fonctionnel.

Durant ce temps à l’autre bout de la table, on s’attaquai à un disque dur.
Pas simple à ouvrir, pensez à regarder sous les étiquettes qui mettent en garde contre une perte de la garantie. 😉
Une fois ouvert, on découvre cette magnifique platine, digne des meilleurs DJ’s, Nestor nous fit une démo très convaincante.

Platine disque dur
Platine disque dur

Mais comment sont stockées les données ? Sur un support magnétique (tout comme les ticket de métro ou les cassette à bande magnétique) qui est ici un disque qui effectivement est dur. (et non pas souple comme on trouve dans les disquettes par exemple)
La tête de lecture est guidée par une bobine nichée entre deux aimants permanents, qui par la circulation du courant déplace la tête autour d’un axe. Enfin un moteur fait tourner le disque au fameuse vitesse fièrement affiché sur les fiches techniques des disques durs aujourd’hui. (A noté que plus ça tourne vite, plus les erreurs d’écritures et de lectures sont nombreuses, en contrepartie plus l’accès à la donnée et à son chargement est rapide. ;))

Disque dur démonté
Disque dur démonté

Que d’émotion, le disque, démonté, l’appareil remonté et fonctionnel, un grand bravo à Olive pour sa performance.

En parlant d’émotion, nous invitons les personnes n’ayant pas bien dormi, énervé, qui pourrait s’égaré dans du lâchage d’insultes devant une une toute autre. Electrocycle, l’asso D3E, co-organise des ateliers ouverts, collaboratifs et à vocation pacifique voir relaxante, en aucun cas l’énervement et l’insulte ne seront être les bienvenues lors des prochaines séances.

Pour finir, impossible de ne pas mentionner, cette pépite que Martin nous a apportée, le dernier cri de obsolescence programmée, le DVD-D, un DVD jetable qui affiche fièrement une durée de vie de 24h maximum, un exploit de la technologie, je vous laisse découvrir ou redécouvrir cette aberration par vous même :
http://fr.wikipedia.org/wiki/DVD_jetable

Si vous avez envie de participer au prochain Atelier Démontage Inventaire, dans la joie et la bonne humeur.. C’est par ici -> Rockette Libre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *